JJ & Will sur la route...

Stone Town - la vieille ville

Zanzibar... Un nom qui fait rêver, non ? C’est bien pour cela que nous avons décider de vérifier si les rêves rejoignaient la réalité !

Départ vespéral, voire nocturne pour Addis Abeba avec Ethiopian. Changement d’appareil et direction Zanzibar par Dar es Salam. 14 heures de voyage. Arrivée sur l’île à 14h30. Pas beaucoup dormi dans l’avion. Dans les 32 ou 33 degrés à l’atterrissage. Bousculade dans le micro-aérogare pour faire tamponner le passeport, pour récupérer les bagages (ici pas de tapis roulant... Un grand comptoir où les bagagistes déposent sacs et valises au fur et à mesure...)

De jolies employées voilées des bureaux de change nous assaillent aux cris de "Best rates" pour échanger nos euros en shillings tanzaniens. Souriantes et malicieuses...

Nous retrouvons vite Omar - le représentant de Leopard Tours, notre voyagiste - dans la foule des autres représentants à la sortie de l’aérogare. Il nous met dans une voiture avec chauffeur, direction le Tembo Hôtel. Un peu épuisés, mais ravis d’être là, nous nous y laissons transporter.

Tout ici rappelle les palaces anglais des Indes ou d’Égypte tels qu’on les voit dans les films. Deux boys très souriants saisissent nos valises et nous ouvrent le chemin jusqu’au premier étage.
Le temps de découvrir notre -petite- chambre (grands lits de bois sculptés, moustiquaires géantes sur cadres suspendus au plafond, douche en mosaïque en forme de fontaine, oreillers à volants oranges) et le téléphone sonne : Omar nous attend a la réception. Il vient s’inquiéter de notre installation et nous proposer des excursions. Nous choisissons pour le lendemain matin une visite de Stone Town accompagnée.
Nous profitons du bar de plage attenant a l’hôtel, le Livingston Beach Bar, - l’hôtel étant musulman il n’y a pas d’alcool au bar - pour goûter notre première bière locale, la Kilimandjaro, et lier connaissance avec un couple de Lillois séjournant également au Tembo Hotel. Nous regardons des hommes charger le cargo Mubarak.
Nous dînerons là, en leur compagnie, avant une bonne nuit réparatrice et chaude malgré les ventilateurs.

Après le petit déjeuner, nous retrouvons Shea, notre guide pour la visite de la ville. Il parle un très bon français, et avec l’habitude nous nous ferons aussi à son accent... En sortant de l’hôtel, nous nous dirigeons vers la place Shangani, belle place ombragée, bordée d’un côté par de belles résidences coloniales et de l’autre, par des hôtels de luxe, puis entrons dans la vieille ville par une petite rue.

Les premières explications de Shea concerneront les célèbres portes sculptées de Zanzibar. A l’époque de la domination arabe et indienne, Zanzibar excellait dans deux types de commerce : les épices et les esclaves. Les épiciers sculptent dans leur huisserie de porte des feuilles entremêlées, les marchands d’esclaves y sculptent des chaînes.
Nous continuons notre périple dans les petites rues. Les maisons sont parfois délabrées, parfois à l’abandon... L’UNESCO va devoir allonger pas mal de dollars pour participer à la restauration de tous ces palais. Quelques uns sont déjà transformés en hôtels. Nous rentrons dans l’Africa House, avec sa belle terrasse surplombant la baie et offrant de superbes couchers de soleil. Nous pénétrons également dans le Dhow Hôtel, charmant avec son patio et sa petite piscine.

A 95% musulmane chiite, Zanzibar compte 43 mosquées pour 600000 habitants mais aussi une cathédrale catholique (construite par le même architecte que Notre Dame de la Garde à Marseille) et une cathédrale anglicane, que nous visitons. Elle a été construite sur l’ancien marché aux esclaves, dont le commerce à été aboli en 1873. Un sapin de Noël décoré trône fièrement à l’entrée. C’est un peu étrange pour nous d’en voir un dans ce contexte. Derrière l’autel se trouve le tombeau de l’évêque anglican qui a ordonné la construction de l’église et qui a créé le premier dictionnaire swahili/anglais.

Nous continuons notre visite jusqu’au marché. Commençons par le marché au poisson... Énormes espadons, poulpes, ... Pêche du jour nous dit Shea. Continuons par le marché à la viande... Les bouchers s’en donnent à cœur joie sur des carcasses. Un tête de vache, crâne défoncé et ouvert trône sur un étal. Bien sûr, pas de meuble réfrigéré. L’odeur est un peu forte... Nous déclinons son invitation pour aller au marché à la volaille pour cette raison, et préférons nous promener dans les allées du marché aux fruits, aux légumes et aux épices. Tous les parfums et les couleurs de l’île se retrouvent là.

Nous finissons notre tour de la ville par le Palais aux Merveilles. Il doit son nom au fait qu’il est le premier bâtiment de Zanzibar à avoir eu l’électricité, un ascenseur et l’eau courante. Il est aujourd’hui transformé en musée d’art et traditions locales. Au deuxième étage une galerie offre une belle vue sur toute la ville.

Chargement en cours...
image 1 du panorama image 2 du panorama

Après une après-midi de farniente au bord de la piscine et sur la plage, nous irons dîner dans les jardins de Forodhani. Lieu où tout Stone Town se retrouve visiblement le samedi soir... Des étals sont montés et proposent quantité de brochettes à griller sur des barbecues. Si les brochettes au poisson sont plutôt savoureuses, celles à la viande sont immangeables... En voulant les jeter, on se rend compte que des gamins les récupèrent pour se nourrir... Pas très joyeux... Nous acceptons, à tort, la bière qui nous est proposée. Nous sommes identifiés comme "dépravés" et aussitôt sommes entourés de deux gars qui veulent absolument nous refourguer des produits encore plus illicites et récupérer les consignes des bouteilles... On aura bien du mal à s’en débarrasser.

Nous terminerons la soirée sur la terrasse de l’Africa House, avec un mojito.