JJ & Will sur la route...

J8 - Butera / Caltagirone / Gela

Échaudés mais pas découragés… Nous partons aujourd’hui à la découverte de Caltagirone, via Mazzarino.
Sabrina qui faisait le « service » du petit dej, nous avait assuré que nous trouverions à Mazzarino un relais internet. Pas vu. Par contre le supermercato tant espéré la veille est ouvert. Ça ressemble assez à nos ED : les produits sont directement présentés dans leur boite de transport. Nous achetons un pack d’eau, du savon de Marseille et quelques bonbons italiens.

Pour ne pas changer, nous arrivons à Caltagirone aux heures chaudes. Est-il nécessaire de (re)dire que nous ne savons où nous garer ? Ville basse vs ville haute. Hors de question de monter quoi que ce soit à pied par cette chaleur. Nous galérons.

Néanmoins, quelques beaux bâtiments. Magnifique pont et extraordinaire escalier aux contremarches en céramique.
Au fond d’une impasse, une trattoria avec une immense terrasse, s’avèrera être un palazzo du XVIIème.
Petite ballade dans la ville à l’heure de la sieste. Deux bâtiments Art Déco dont celui de la poste. Etrange…

Une après-midi de plage nous ferait le plus grand bien : direction Gela. C’est tout droit. Ce n’est pas vraiment ce qu’on pourrait appeler une station balnéaire, plutôt une ville industrielle avec une plage coincée entre un chantier naval et une énorme usine qui crache de la fumée noire. Elle s’avérera par la suite être une raffinerie de pétrole ! Pour y arriver il faut traverser la barre d’immeubles en béton qui cache la mer de la route. Une fois qu’on y est la plage est plutôt sympa… bon, il y a bien un immeuble « les pieds dans l’eau » qui n’a a priori jamais été fini et qui expose son énorme carcasse en béton juste sur le sable (problème d’autorisation ? mafia ?... allez savoir) mais on s’en fout ! L’eau est chaude et nous passons une belle après-midi.

Au retour traversée colorée de Gela : problème de signalétique (mais ça on commence à s’y faire…), plus beaucoup d’essence, et les siciliens qui vendent les produits de leur jardin à tous les coins de rue (pastèques, pêches, tomates…) ne fluidifient pas la circulation. Nous retrouvons la Farm, son ambiance tranquille, sa piscine et ses bons dîners.