JJ & Will sur la route...

J2 - Palerme / Cefalù

Nous décidons ce deuxième jour de quitter le bruit et de chercher la mer… Nous n’avons pas encore la voiture et les plages de Palerme sont difficilement accessibles sans. Il y a bien les bus mais ils sont clairement réservés aux initiés… Cefalu est à une petite heure de train. Nous rejoignons donc la gare. Arrivés à Cefalu, nous nous promenons un peu dans la ville, transformée en gigantesque station balnéaire. Les plages privées se succèdent les unes aux autres. Nous entrons dans la vieille ville qui a gardé un petit air vieillot bien sympa. Le duomo est fermé pendant l’heure du déjeuner (et de la sieste) Nous en profitions pour déjeuner dans un petit bistro au bord de l’eau… C’était bien tranquille et voilà que le serveur allume son radio CD qui trônait sur une desserte à côté de nous. Nous voilà envahis d’une pauvre musique nasillarde italiano-disco…

Est-ce la salade mal lavée ? La chaleur ? Toujours est-il que quelque chose ne passe pas… Qui finira pas passer dans des WC à la turque sans PQ ni essuie mains d’une gelateria une heure plus tard (je vous passe les autres détails)…

Même un peu patraque il serait dommage de passer à côté du Duomo. Cela dit l’appel de la plage est pour l’instant le plus fort et nous nous posons une heure entre un groupe d’ado du quartier et une paire de touristes. Une petite baignade en prime. L’eau est chaude.
Dans les ruelles qui montent à la cathédrale des kilos linges sèchent aux fenêtres, presque trop, comme un décor, pour faire « typique ».
Au bout d’une belle place ombragée par des palmiers se dresse la cathédrale, dans le plus pur style Normand. Des familles élégantes s’y pressent, un mariage s’y déroule. A l’intérieur il fait une chaleur suffocante : comment font ces hommes en costume pour être (paraitre ?) à l’aise dans une telle fournaise ?
Sans pouvoir atteindre le chœur nous pouvons, de l’entrée, voir le Christ Pantocrator en mosaïque dorée qui tranche sur la blancheur de la nef.
Nous retournons à la gare par le Corso Ruggero, la rue commerçante de Céfalu.

A la gare une surprise nous attend : le train qui doit nous ramener à Palerme date probablement des années 60 et ne comporte que deux wagons, qui à notre arrivée sont déjà pleins. Nous restons sur la plateforme centrale sur un strapontin. Pendant les 10 minutes qui précèdent le départ du train, nous voyons débarquer par petits groupes de deux ou trois, tous les vendeurs ambulants de la plage et leur attirail, et s’entasser eux aussi sur la plateforme. Nous conservons néanmoins notre siège, mais le train est omnibus et chaque nouvel arrêt voit embarquer une nouvelle flopée de vendeurs de lunettes, de chapeaux et autres bijoux. Nous arriverons une heure trente cinq plus tard (au lieu des cinquante minutes prévues), entassés comme dans les pires moments de grèves de transports parisiens, à moitié mort d’asphyxie au milieu des odeurs de transpiration et de crasse.

Nous dinons dans le quartier du Théâtre Massimo, dans une ruelle piétonnière qui rappelle la rue Saint-Saëns à Marseille ou la rue de la Huchette à Paris. C’est assez calme mais pas bien palpitant…
Pour rentrer nous décidons de rejoindre la Via Roma que nous n’avons pas encore vue et qui ne semble pas très loin. En quittant notre ruelle nous débouchons sur une place où s’est rassemblée toute la jeunesse de Palerme à des terrasses. Nous voyons enfin où sortent, le soir, les « Palermiotes ».

La Via Roma quant à elle est déserte mais elle nous permet de voir qu’il existe à Palerme autre chose que des rues sombres aux murs crasseux et des commerces indiens : un grand axe aux immeubles ravalés et bordé d’enseignes internationales, nous y repasserons le surlendemain et constaterons qu’il s’agit bien d’un quartier très animé la journée.