JJ & Will sur la route...

J17 Montréal

La météo l’avait annoncé, nous nous réveillons sous un ciel bien tristouille, d’ailleurs, il commence à pleuvoir très rapidement. La pluie, genre crachin breton d’abord, devient assez vite plus mouillante ! La température qui était montée jusqu’à 25° la veille est de 9° ce matin !

Nous avions décidé d’aller au biodome. Nous serons donc à l’abri. Nous prenons le métro jusqu’à la station Viau et visitons les quatre écosystèmes reconstitués dans l’ancien vélodrome olympique : la forêt tropicale, la forêt laurentienne, le Saint-Laurent marin et le monde polaire. Nous mettons et enlevons les pulls en fonction des ambiances, observons les animaux, dont un couple de lynx qui a l’air de passablement s’ennuyer dans la forêt laurentienne.
L’heure du déjeuner approche… Nous retournons sur le plateau afin de nous restaurer et pour voir à quoi ça ressemble le week-end puisque c’est un des endroits les plus branchés de Montréal. Effectivement. Il y a du monde. Beaucoup de gens brunchent. Nous optons plutôt pour un hamburger au 940.

La pluie a cessé et il y a même quelques très timides rayons de soleil qui percent. Nous décidons d’aller à pied jusqu’au village. Nous suivons Mont-Royal jusqu’à Papineau, puis descendons Papineau. C’est dingue le contraste entre les petites boutiques mignonnes de la rue Mont-Royal avec le no man’s land qui règne sur Papineau ! La plupart des magasins sont à l’abandon, les maisons sont très mal entretenues et il y a des constructions type HLM d’un côté de la rue. Nous continuons sur Sherbrooke, traversons le parc Lafontaine et nous engageons dans Ahmerst, perpendiculaire à Sainte-Catherine qui conduit au village. C’est désert. Les magasins sont pour la plupart fermés, les autres sont vides de clients. Nous entrons dans une librairie gaie, chez Serge et Réal. Nous retrouvons beaucoup de titres des Mots à la Bouche. Le vendeur très gentil nous explique comment faire détaxer les produits que l’on achète. _ Il faut avoir des factures de 50$, choses que nous n’avons pas. Un café pause pipi chez Second Cup, ambiance cosy, et nous nous baladons sur Sainte-Catherine, à la recherche de babioles alimentaires genre confiture de bleuets, trucs à l’érable, que nous avions cru voir dans les boutique. Rien de tout cela, ou alors juste dans un rêve comme la dame du resto hier soir ! En pllus la journée avance, la plupart des boutiques ferment à 17h, même Archambault, la Fnac québécoise. Nous nous rabattons chez Jean Coutu (« Tu devrais aller chez Jean Coutu », nous a seriné à longueur de journée la pub radio, sur l’air de la petite musique de nuit, alors que nous avalions nos kilomètres…) car les chauds froids, clim pas clim, ont bouché les nez.

Nous rentrons au Jade Blue, nous reposons un peu, car mine de rien on a aussi bien marché aujourd’hui et nous partons demain ! Nous rassemblons un peu nos affaires. Nous repartons à pied sur Saint-Denis pour dîner. La rue est très animée. Des gens font la queue devant des théâtres, les restos sont assez plein. Nous dépassons Sherbrooke, Cherrier, Prince Arthur et nous arrêtons peu avant le métro Mont Royal au resto Côté Soleil. Bon accueil, bonne cuisine. Notre dernier dîner Montréalais aura été excellent !

Nous redescendons pour passer notre dernière soirée au village. Après avoir tourné un peu, nous décidons d’aller au Stud, au coins de Sainte-Catherine et Papineau. Gros bar discothèque, 5 bars, autant sinon plus de tables de billard, une piste de danse. Ce n’est pas bondé mais c’est bien rempli, les Molson Dry sont bien fraîches et nous passons un bon moment pour notre dernière soirée, en regrettant de ne pas être venu dans ce bar les soirs précédents.