JJ & Will sur la route...

J13 - Neapolis / Fontana Bianche / Syracuse

Après une bonne nuit, réveillés par les cris des enfants des familles venues pour le mariage (cf épisode précédent) nous décidons d’aller visiter le site archéologique de Syracuse, appelé Neapolis. L’élément le plus impressionnant est le théâtre grec, gigantesque mais assez érodé. Régulièrement des spectacles y sont donnés. Toute la partie haute est recouverte de gradins en bois tellement les pierres d’origine sont usées ou abîmées. On se demande même comment les spectateurs font pour tenir sur les parties non réaménagées, car certaines sont également dans un piteux état.

Le site est agréable. Pour une fois, il y a de l’ombre. Même une petite cascade ! Nous continuons vers la grotte « l’oreille de Dionysos », ancienne carrière (latomie) d’où étaient extraits les blocs de calcaire servant à la construction.

Nous sortons du site, achetons des sandwiches que nous refusons de voir paninifier et direction la plage ! La patronne de l’hôtel nous a recommandé les plages de Fontana Bianche, à une dizaine de kilomètres au sud. Seul hic, nous sommes dimanche ! Les plages sont bien sûr prises d’assaut. Tant pis ! nous étalons nos serviettes et dressons notre parasol sur deux mètres carrés encore disponibles. Nous suivrons avec intérêt – ne pouvant faire autrement - les discussions de nos voisins, dont l’histoire de Pascualine qui est du coin… « Mais si vous savez, celle qui a épousé un avocat » ! A noter que le mari de la bavarde est vautré sous un parasol, une glacière à portée de main et qu’il aura descendu ses 6 bouteilles de bière au moment de notre départ. A noter également que cette personne n’a plus qu’une dent sur deux… Mais on a dit : « pas le physique ! »

Il fait chaud, l’eau est bonne bien qu’un peu plus fraîche que d’habitude et nous passons, en somme toute, une agréable après-midi ponctuée bien sûr par l’incontournable épisode de la « medusa ». Un rapide passage à l’hôtel histoire de prendre une douche et nous rejoignons Ortigia pour dîner. Cette fois ci, dans une rue un peu à l’écart dans une trattoria couscous ! On ne vous conseille pas le « cous cous » à la sicilienne !