JJ & Will sur la route...

Du MET aux Cloisters

Cette cinquième journée sera placée sous le signe de la culture. Notre New-York City Pass nous donnant la possibilité de visiter avec un seul billet, mais dans la même journée, le Metropolitan Muséum of Art et The Cloisters Museum and Garden nous avons décidé de relever le défi. Les deux musées ne sont bien sur pas du tout situés dans le même quartier de la ville et pour compliquer le tout aucune ligne de métro ne va de l’un à l’autre...

Notre breakfast englouti nous quittons l’appartement relativement tôt pour ne pas avoir à trop courir dans le MET. Fini les jours fériés, fini le week-end-end, la ville semble avoir repris son rythme habituel : moins de touristes, beaucoup de travaux. Nous avons bien apprivoisé le métro et nous rendons sans aucune hésitation ou errements à la 86ème, station la plus proche du MET. Le quartier est assez différent de ce que nous avons pu voir jusqu’à présent, plus résidentiel : les rues sont arborées, les maisons plus basses, de grands auvents où s’inscrit le numéro de l’immeuble abritent des portiers en livrée ; voilà qui respire le luxe et le calme.
A peine dix minutes de marche et nous voici au pied du musée. Notre Pass nous évite une fois de plus de faire la queue, on nous colle sur le tee-shirt un autocollant MET à la date du jour et nous pouvons alors déambuler comme bon nous semble dans toutes les sections de ce Louvre new-yorkais. Que faire ? Que voir ? Ou aller ? Le choix est difficile a faire... Finalement nous choisissons de voir l’aile américaine mais pour y accéder nous devons d’abord traverser les antiquités égyptiennes. Momies, sarcophages à foison, livre des morts, statuaire monumentale, petits objets du quotidien : les collections sont colossales. La dernière salle qui nous sépare de l’aile américaine présente carrément un temple !

Le problème des musées de New-York, c’est que la muséographie n’est pas toujours très claire. Nous pénétrons dans l’aile américaine par le côté arts décoratifs : des meubles, des objets du quotidien de la fin du 18ème siècle au début du 20ème... Intéressant, mais guère palpitant ! Le temps de trouver un plan, de traverser entièrement le musée en diagonale, de comprendre que le premier étage correspond au rez de chaussée (on aurait du percuter depuis le temps qu’on monte trois volées de marches pour monter chez nous au 4ème), et nous voilà au 3eme (qui est en fait le 2ème, vous l’aurez compris), devant les collections de peintures américaines du début du 20ème siècle. L’espace est relativement restreint. Quelques œuvres sont vraiment intéressantes et originales.

A la fin de la visite, nous tombons un peu par hasard sur un ascenseur qui monte au toit terrasse. Superbe vue sur Central Park et les immeubles qui l’entourent. Le temps est superbe. Il y a un petit bar où nous nous achetons des sandwiches, puis nous asseyons par terre au soleil et déjeunons.

Chargement en cours...
image 1 du panorama image 2 du panorama

En redescendant, nous remarquons quelques toiles de Hopper, puis une expo temporaire de Balthus ; ces jeunes écolières singeant des pin-ups dans des poses lascives nous laissent perplexes. Nous quittons le Met, traversons Central Park dans le sens de la largeur puis attrapons le métro à la 81ème rue qui nous emmènera jusqu’aux Cloisters. Un changement plus tard et nous voici à la 190ème rue, au pied du parc Tryon, dans Washington Heights. Nous traversons le parc en suivant les flèches "to the Cloisters". Beaucoup de gens se promènent ou prennent le soleil. Après une bonne dizaine de minutes de marche et nous arrivons. Un technicien est en train de réparer les caisses qui ont planté. Un reboot plus tard, nous avons nos billets et entrons dans le musée.

Surprenant : autour de la reconstitution d’une chapelle espagnole, plusieurs cloîtres ont aussi été reconstruits, dont celui de Saint-Michel-de-Cuxa dans les Pyrénées. C’est une partie des colonnes ou des chapiteaux des cloîtres originels qui se retrouve là, le reste n’est que recréation inventive avec les matériaux locaux. Le résultat est assez réussi. On retrouve bien l’ambiance de nos cloîtres : la fontaine à ablutions, le jardin de plantes médicinales, le potager... Le musée est complété par plusieurs salles qui présentent différents objets liturgiques qui viennent d’Allemagne, de Belgique, de France et d’Espagne.

Nous rentrons à l’appartement et décidons de retourner dîner au Chelsea Grill sur la 9ème.