JJ & Will sur la route...

J12 - Deuxième jour à Etosha

Aujourd’hui nous devons traverser entièrement le parc d’Etosha pour rejoindre la porte à l’est et le camp Namutoni où nous passerons la nuit. Nous quittons Toshari après avoir payé nos consommations des deux derniers jours - nous nous gardons bien de faire remarquer que les dîners n’ont pas été comptés...

À Okaukuejo nous nous renseignons sur les derniers endroits où on été vus des lions et des éléphants. Des lions semblent présents sur le second parcours effectué hier, nous décidons donc de retenter notre chance par là. Springboks, zèbres, gnous, autruches, koudous, impalas... Une mangouste naine lapant une flaque. Point de fauve.

Alors que l’heure de déjeuner approche nous nous rendons au camp d’hallali (d’après le terme français), situé entre Okaukuejo et Namutoni, nous aurons ainsi parcouru la moitié du chemin. Ce camp est le moins fréquenté des trois et l’on comprend pourquoi : il est assez déprimant, aucun charme. Il ressemble à un camping délaissé hors saison. Des tornades miniatures font voler les feuilles sèches et la poussière. Il y a bien un restaurant mais il ne nous attire pas... nous rachetons donc du corned meat et du pain pour nous faire à nouveau des sandwiches, que nous mangeons sur un banc à l’ombre.

Un peu découragés par nos recherches infructueuses nous décidons de nous rendre directement à Namutoni et de faire une nouvelle tentative en fin d’après-midi lorsque que la température aura diminué. Nous n’avions pas roulé depuis plus de 10 minutes quand nous les voyons à quelques dizaines de mètres de la piste : les éléphants ! Gris clair, presque blancs. Nous en compterons neuf dont deux gros mâles et plusieurs éléphanteaux. Ils progressent lentement, encadrant les jeunes et se nourrissant au passage. Nous restons un bon moment à les observer. Nous repartons avant qu’ils atteignent la piste, afin de ne pas couper leur route ce qui risquerait de déclencher leur colère.
Nous suivons la piste qui s’enfonce sur le pan, cet immense plan d’eau asséché au centre du parc.

Nous continuons notre route et quelques kilomètres plus loin, des voitures sont arrêtées. Intrigués, nous freinons à notre tour et voyons une maman guépard qui avance tranquillement dans les herbes au bord de la route, son petit gambadant devant elle. Elle a l’air assez tranquille. Elle traverse la route derrière la voiture, puis rebrousse chemin et va chercher son petit qui a décidé d’escalader un arbre.

Décidément, l’après-midi est plus riche en observations que la matinée ! Quelques kilomètres plus loin, à nouveau, c’est un autobus cette fois ci qui s’est mis presque en travers de la piste pour faire admirer à ses passagers un lion qui somnole sous un arbre. Nous profitons d’une brèche pour nous faufiler et nous voilà à quelques mètres du lion. Il baille, se lèche les pattes... Et n’a pas l’air du tout incommodé d’être observé par au moins quarante paires d’yeux ! Ces animaux sont un peu cabots semble-t-il !

Le bus libère la piste et nous repartons. Nous revoyons un gros éléphant solitaire un peu plus loin et juste avant d’arriver à Namutoni une hyène se promène au bord de la route.

Nous gagnons notre bungalow. Assez luxueux, un très belle salle de bains ainsi qu’une douche extérieure sur une terrasse à l’abri des regards. Une assez vaste piscine nous tend les bras pour nous rafraîchir

Le camp ferme ses portes au coucher du soleil... Ce qui fait qu’à partir de 19h00 il ne reste plus que les personnes qui vont dormir ici. Nous nous dirigeons vers le restaurant "African Steack House" et mangeons... Des filets de sole ! Pas mauvais.

Nous regagnons notre bungalow pour une bonne nuit.