JJ & Will sur la route...

Bluff / Grand Canyon

mardi 1er Juillet
Bluff / Grand Canyon

Il n’y avait pas de restaurant dans l’hôtel pour diner hier soir, il n’y a pas plus de petit-déjeuner ce matin... Dans le loby de l’eau chaude pour le thé et du café à discrétion, des cookies achetés à la boutique de l’hôtel et voilà un petit-déjeuner - presque - parfait.
Encore une étape relativement courte aujourd’hui et c’est heureux parce qu’avec la température extérieure ça ne serait vraiment pas agréable de faire 6h de route. En arrivant sur Grand Canyon le temps se couvre. Première halte, premier point de vue : Grandiose ! Par contre il y a énormément de monde, on se croirait au Mont St Michel... Des familles américaines, des français, des indiens (d’Inde)... Un jeune homme sur le parking fait le poirier pour se détendre.

Le parc est immense et compte de très nombreux hébergements, du camping à l’hôtel de luxe. Le nôtre, qui est en fait un ensemble de bungalows, est bien évidement le plus éloigné de l’entrée du parc, ou presque. Lorsque nous arrivons à la réception notre chambre n’est pas prête, ou plutôt l’une l’est mais pas la seconde. Nous allons donc déposer nos bagages dans cette chambre et revenir déjeuner en attendant que la seconde soit disponible. Y a plus qu’à trouver le bon bungalow. Nous avons beau faire le tour, la chambre demeure introuvable. Un peu agacés nous tournons en rond. Une femme de chambre nous indiquera que notre chambre n’est pas accessible de l’extérieur mais qu’il faut entrer dans tel bâtiment pour trouver l’entrée de la chambre que nous cherchons ; ouf !
Nos choisissons le snack-bar plutôt que le restaurant pour déjeuner : le service est extrêmement lent et la musique extrêmement forte. Un panneau au dessus de la porte indique que les armes à feu sont interdites dans l’établissement, rassurant.
Notre survol du Grand Canyon en hélicoptère parait compromis tellement le ciel est bas... Je décide de laisser les parents se reposer et de partir à la recherche de l’héliport - à l’extérieur du parc - voir si notre petite promenade aérienne est maintenue. On m’y dit que oui. Fichtre, il reste peu de temps avant le décollage : je retourne chercher Doune - Corbier déclare forfait. Vidéo d’instructions de sécurité (est-ce vraiment utile ?), Pesée, présentation aux deux autres passagers du vol, un couple Tchèque. Dans le casque la musique de Star Wars. Et c’est parti pour une demi-heure de survol du Grand Canyon. D’abord une foret puis le gouffre, les parois rouge-orangées, le Colorado vert émeraude tout au fond ; c’est fabuleux. Le ciel est vraiment bas, il y a par moment des secousses dues au vent. Je ne suis loin d’être fier mais tout de même ravi d’être là, je m’accroche, je caresse par moment mon siège comme s’il s’agissait d’un petit chien...
Au retour, dans le parc, un embouteillage : un troupeau de cerfs mulet broute, en bordure de route, certains traversent. Nous nous arrêtons, comme tout le monde, n’importe comment, pour photographier les animaux.
Nous dinons à l’hôtel El Tovar, le premier construit sur le site, en 1905 ; un merveilleux petit hôtel luxueux où Agatha Christie, si elle était venu par ici, aurait tout à fait pu placer l’une de ses intrigues.