JJ & Will sur la route...

Autour du Rialto

Une fois n’est pas coutume nous partons en milieu de journée. Malheureusement nous attendons pour embarquer puis, de nouveau dans l’avion... Il manque un membre de l’équipage : 1 heure de retard. Le commandant nous apprend que la jeune femme qui entre dans l’avion s’appelle Magalie et vient remplacer sa collègue absente, nous pouvons décoller. A nous Venise !

L’aéroport de Venise est tout petit : sitôt atterris sitôt sortis. "Il faut arriver à Venise par la mer" nous avait-on dit, nous avons donc réservé avant le départ nos places dans le vaporetto "Alilaguna" qui fait la navette aéroport / San Marco. Le quai est désert, écrasé de soleil, silencieux. Nous entrons dans un bar pour acheter de l’eau : climatisation et musique, un groupe de vénitiens en pause parlent tous ensemble, plus fort que la sono : le contraste avec l’extérieur est surprenant.
Alilaguna linea Blue. Le bateau est couvert, il y fait une chaleur du diable. Heureusement nous n’avons qu’un arrêt avant le nôtre : Fundamente Nove... Le Quai neuf ! (ce qui prendra tout de même déjà 40mn). Derrière nous, trois femmes françaises d’une cinquantaine d’années passeront le trajet à parler de leurs problèmes de santé (principalement oculaires) et de leur "alignement" lors de la réalisation de postures dans leur cours de Yoga avec René !

Nous les laissons à Fondamente nove, l’arrêt de vaporetto le plus proche de notre hôtel. C’est dimanche, les rues sont désertes et Venise, déjà magnifique, seulement pour nous. Sans trop hésiter sur l’itinéraire nous arrivons à l’hôtel Ca’ D’Oro. La chambre donne sur la cour intérieure et nous ne voyons pas bien ce qui lui confère l’appellation "de luxe". Elle sera très bien pour ces quatre jours. Le temps d’une pause et nous partons explorer le quartier.

Nous sommes au sud du Canareggio. Vivant, un peu a l’écart des circuits touristiques, le quartier nous paraissait bien sympathique sur le papier et il l’est en effet. Nous flânons tranquillement dans les ruelles, nous traversons des ponts et voyons nos premières gondoles... Assez vite, cela s’anime... Nous approchons du pont du Rialto, un des trois ponts qui enjambe le Grand Canal. Trois travées, chacune est bordée par des boutiques de souvenirs ou de babioles. Les quais sont occupés par des restaurants qui nous paraissent un peu trop touristiques.

Nous préférons retourner vers le quartier de notre hôtel, plus calme. Nous nous arrêtons à une terrasse bien sympathique pour siroter notre première bira... La soirée commence tranquillement !

Jour de finale de coupe du monde de foot, les rues se vident assez vite. Quelques touristes habillés en orange néerlandais ou rouge espagnol se hâtent vers le poste de télé le plus proche. Nous nous dirigeons vers une autre terrasse sur le Campo dei Santo Apostoli où nous dînerons d’une pizza et les moustiques de notre sang. Le patron écoute d’une oreille distraite la finale sur une radio.

Nous rentrerons à l’hôtel avant la fin du match et ne découvrirons que le lendemain le résultat. Heureusement que l’Italie n’était pas en finale cette fois ci... On aurait sûrement passé une nuit beaucoup moins calme !