JJ & Will sur la route...

Au coeur de l’île aux épices

Nous sommes à peine plus au sud que l’équateur... Dès 6 heures du matin, le jour se lève et l’activité de la ville débute peu après. Ça tombe bien, nous avons rendez-vous à 9 heures, à nouveau avec Shea, pour aller visiter une plantation d’épices.

Une voiture avec chauffeur nous attend devant l’hôtel et nous emmène une vingtaine de kilomètre plus loin, au centre de l’île dans une des nombreuses exploitations d’épices... On a du mal à évaluer si ce sont des exploitations rentables ou si ce sont des genres de jardins botaniques montés de toutes pièces pour tenir la réputation de Zanzibar auprès de ses touristes.

Dès notre arrivée, une nouvelle personne se joint à notre groupe... Comment l’appeler, un planteur ? un épicier ? Il nous guide dans le dédale de petits chemins au travers de la plantation. A chaque nouvel arbre, nous nous arrêtons et Shea lui en arrache quelques feuilles, les frotte dans ses mains et nous les fait sentir. Immanquablement, la question arrive : "Et ça, qu’est ce que c’est" ? En fonction du parfum, nous trouvons ou ne trouvons pas. Notre guide nous prépare un cornet en feuille de bananier, afin que nous puissions stocker notre pécule : feuilles, graines, fruits... Pendant la visite, il nous tressera avec des feuilles de palmier moultes objets : cravate, bague, bracelet, panier et même chapeau !

Nous rencontrerons non seulement la plupart des épices habituels, en graine, en fleur ou en racine : clou de girofle, cardamome, noix de muscade, curcuma, poivre, canelle, vanille... Mais aussi une multitude d’arbres fruitiers ou non : bananiers (à bananes jaunes, plantin ou rouges...), manguiers, papayers, orangers, citronniers, mandariniers, pommiers de Zanzibar, grenadille, capokiers, frangipaniers, ylang-ylang, jacquiers, corossoliers, caramboliers, durians, caféiers, cocotiers, cacaotiers, mimosas sensitives, arbres à litchis, arbres à fruit "rouge à lèvres", arbres à pain, ananas, arbres à la sève cicatrisante, arbre à la sève qui rend aveugle...

En fin de visite nous avons droit au spectacle du cueilleur de noix de coco qui grimpe nous chercher un fruit tout frais, à grand renfort de cris et de mimiques... Aussitôt redescendu, les fruits sont préparés afin qu’on puisse en boire le jus.

Nous avons droit ensuite à une dégustation des fruits rencontrés pendant notre visite. La plupart sont succulents, d’autres sont assez étranges... Nous terminons avec le très étrange Durian, à l’odeur fétide, mais au goût assez douçâtre d’oignon... Bof bof !

Nous terminons bien sûr par le passage au stand de vente d’épices... Payables en dollars ! La recette sert à améliorer la vie des villageois... Nous ne demandons qu’à le croire et en achetons pour quelques dollars.

Une bonne sieste occupera notre début d’après midi, une fois rentrés à Stone Town. Puis nous assisterons à la fin d’un régate de dhows, sur la plage devant l’hôtel. Pour l’occasion, les spectateurs ont sorti leurs habits du dimanche... Voiles de couleur pour les femmes, certains même ornées de broderies.

Nous irons prendre l’apéro au moment du coucher du soleil sur le toit terrasse de l’Africa House et dînerons au Livingstone.