JJ & Will sur la route...


On visite l’abbaye sous la houlette assez impérative d’un vieillard en pantalon de velours cotelé et pull-over de laine à col roulé, qui a un visage admirable, des cheveux blancs en frange droite sur le front, un nez busqué et d’extraordinaires yeux bleus. Il parle une très belle langue et dans ses propos sur l’abbaye tient lui-même une place considérable. Il dit couramment : "Il y a trois ans, j’ai fait dégager ces colonnes, j’ai découvert des squelettes, ici je donne chaque jour deux conférences, l’été." C’est un prêtre, bénédictin, qui est depuis vingt-huit ans seul en résidence ici, pendant la belle saison, et maintenant toute l’année. Des jeunes gens laïques et bénévoles l’assistent.
La visite accomplie, j’ai voulu monter jusqu’à ce promontoire pour vérifier l’image de l’abbaye qu’ont rendue populaire tellement d’affiches. Il est parfaitement désert.(...)
Le bruit seul d’une cascade. Pas un nuage. Le ciel est bleu pâle. Je suis assis sur un rocher, sous un arbre, aux flancs même du Canigou que donc je ne vois pas mais une pente enneigée dépasse des montagnes proches, au sud-ouest : ce doit être ce plateau dont j’ai constaté hier, de Quéribus, qu’il était encore tout blanc.

Journal d’un voyage en France
Renaud Camus - Hachette POL 1981