JJ & Will sur la route...


Au sortir de la porte d’Avranches, ce fut un spectacle magique
et comme il n’est donné d’en offrir qu’à ces rivages merveilleux.
Un brouillard blanc, opaque, cotonneux, estompé d’ombres
comme les nuages du ciel, s’étendait aux pieds des pèlerins depuis le bas de la colline jusqu’à l’autre rive de la baie, où les maisons de Cancale se montraient au lointain perdu.
De ce brouillard, le Mont semblait surgir tout entier, resplendissant de la base au faîte, sous l’or ruisselant du soleil de juin.
Vous eussiez dit qu’il était bercé mollement dans son lit de
nuées, cet édifice unique au monde ! et quand la brume s’agitait,
baissant son niveau sous la pression d’un souffle de brise, vous
eussiez dit que le colosse, grandi tout à coup, allait toucher du
front la voûte bleue :
La ville de Saint-Michel, collée au roc et surmontant le mur
d’enceinte, la plate-forme dominant la ville, la muraille du châ-
teau couronnant la plate-forme, le château hardiment lancé pardessus la muraille, l’église perchée sur le château, et sur l’église l’audacieux campanile égaré dans le ciel !
(...)
Le cortège qui accompagnait François de Bretagne au monastère descendait la montagne lentement. Chacun était silencieux et
morne.

La Fée des Grèves
Paul Féval - 1850